Migrations | Déplacements, une journée sur le thème de la danse et du mouvement

Pour les Journées de la culture, la Maison pour la danse de Québec vous accueille samedi 28 septembre dès 11h pour une journée sous le signe de la danse et du mouvement.  Au programme : Conférence, projections, table ronde et présentation du projet multidisciplinaire de Coeurs en choeur de la compagnie Zia – Lab créatif.

Programmation :

11h – 12h  : Conférence Penser en mouvement : la danse contemporaine présentée par le Professeur émérite à l’Université Lyon 2 (France), M. François Laplantine

12h – 12h30 : Rencontre – discussion avec le milieu de la danse de Québec 

13h30 – 13h45 : Mot d’ouverture – Performance danse /calligraphie : rencontre des artistes Geneviève Duong et Chanh Truong

13h45 – 14h45 : Diffusion des films courts Créateurs de liens réalisés par Fanny H-Levy et Francine Saillant

15h – 15h45 : Présentation du projet multidisciplinaire de Coeurs en choeur de la compagnie Zia Lab créatif.

15h45 – 16h30 : Table ronde autour des processus de création des oeuvres présentées 

Évènement gratuit. Ouvert à tous.

Crédit vidéo : Matthieu Dessureault, Université Laval

À propos de Penser en mouvement : la danse contemporaine (conférence) de M. François Laplantine

Penser en mouvement : la danse contemporaine 

La danse contemporaine, née avec Merce Cunningham d’une rupture avec le ballet classique, est aujourd’hui l’une des formes artistiques les plus surprenantes et les plus vivantes de la création artistique. Sensible à l’état du monde, elle montre souvent le chaos mais préfigure également à travers les relations entre les danseurs de nouvelles formes de lien social. Les chorégraphies contemporaines, qui doivent beaucoup à la rencontre entre différentes cultures, nous incitent à réintégrer dans la connaissance une dimension du sensible largement méconnue par la pensée occidentale : le souffle. À l’instar des traditions artistiques asiatiques, elles ne consistent pas tant à exprimer des formes qu’à capter des forces. Elles sont animées par une énergie d’incorporation et d’extériorisation qui posent une série d’interrogation : les relations entre le corps et le langage, les voies du dire et du non-dire, la transformation du temps en espace.

À l’heure de la communication à distance, des écrans, des médias, des multimédias, cet art du spectacle vivant permet de ne pas nous laisser happer par le virtuel et de revenir au réel tout en nous faisant percevoir d’autres manières d’exister. Ils créent de la pensée. Non pas un mouvement de pensée mais une pensée en mouvement.

À partir de nombreux exemples (les danses du Candomblé dans lequel j’ai été initié au Brésil, la danse butō au Japon, le tanstheater de Pina Bausch, les chorégraphies de Maguy Marin, Anne Teresa de Keersmaeker, Ohad Naharin, Angelin Preljocaj, Mourad Merzouki et le mouvement hip-hop), je me demanderai comment le fait d’assister à un spectacle de danse est susceptible de nous affecter, de créer du plaisir (ou de l’angoisse). Comment l’acte de se mouvoir peut-il provoquer de l’émouvoir ? En quoi consiste cette réactivation et cette réélaboration d’expériences archaïques du corps d’avant le langage qu’aucune langue du monde ne peut parvenir à décrire avec précision.

À propos de François Laplantine

Professeur émérite à l’Université Lyon 2 où il a fondé le Département d’anthropologie, docteur honoris causa des Universités de Salvador de Bahia et de la Paraïba, François Laplantine est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages. Derniers titres : Quand le moi devient autre (CNRS Editions, 2012), L’énergie discrète des lucioles (Academia, 2014), Le Japon ou le sens des extrêmes (Pocket, 2017), Penser le sensible (2018). En préparation : Penser l’intime (CNRS Editions, 2020), Scènes et mises en scène. Essai sur le théâtre et la danse contemporaine (Pocket, 2020). 

À propos de Coeurs en choeur de la compagnie Zia Lab créatif

L’intention de ce projet est de faire naître une œuvre artistique pluridisciplinaire alliant arts et sciences humaines (documentation visuelle et sonore) à l’issue de rencontres humaines entre des artistes aux parcours atypiques et diversifiés. La scène est partagée par cinq artistes dont trois « bipèdes » et deux « en fauteuil roulant ». De cette rencontre des corps émane un langage commun qui est retranscrit en simultané durant la performance par un artiste vidéo et un artiste de musique.

L’intention est de contribuer à « une atmosphère de création qui favorise la rencontre et, en retour, les expressions et gestuelles qui émanent des corps, en contexte d’improvisation, nourrissent la trame musicale qui se construit au rythme de la création ». 

À propos de Créateurs de liens (court métrages) réalisée par Francine Saillant et Fanny Hénon-Levy

La diffusion de la série de films Créateurs de liens prend place à la Maison pour la danse faisant suite à une tournée au MNBAQ et dans le milieu communautaire de la ville de Québec. « Francine Saillant et Fanny Hénon-Levy réalisent un ensemble unique de quatre vidéos autour de projets d’artistes de la ville de Québec, dont les œuvres participatives font apparaître de riches expériences de la diversité. »

Emmanuel Delly, SENRIN et Truong Chanh Trung,  Giorgia Volpe , Geneviève Duong partagent, dans un dialogue social et artistique, l’idée d’une société inclusive et ouverte.

Ce projet a lieu grâce au soutien de Patrimoine Canada